Être en présence…

Cette session promet d’être riche avec Patrick Frick, co-fondateur de The Value Web (organisation partenaire du D.U Codesign) venu nous parler d’un projet commencé en 2010.

Le sujet est passionnant : il s’agit de créer la nouvelle vision pour l’agriculture au niveau planétaire. Cette co-création implique 20 pays et une multitude d’acteurs (gouvernements, secteur privé, société civile, agriculteurs ainsi que 400 experts techniques).

Pour des raisons de proximité avec les acteurs d’un tel projet, Patrick, d’origine suisse allemande, s’est installé à Washington DC. C’est donc via vidéo-conférence et en anglais que Patrick fait son intervention.

Patrick commence son speech. Au bout d’une minute, Greg se lève, prend un marqueur et commence à prendre en note, en français, l’intervention de Patrick. Il vient de réaliser que la mauvaise qualité de la vidéo-conférence allait poser un problème pour une partie d’entre nous qui ne maitrisons pas parfaitement la langue de Shakespeare. Après cinq minutes et un tableau noirci, il tend le marqueur, laissant entendre : « Qui prend le relais ? ». Gaële se lève et poursuit la mission de main de maître. Cependant une information semble lui avoir échappé. C’est alors que Quentin se lève à son tour et vient prêter main forte à Gaële ; complète sa prise de note et continue sur sa lancée. Avant même que Gaële et Quentin n’arrivent à la fin du dernier tableau à leur disposition, Solange et Léo anticipent en rapatriant 2 nouveaux panneaux effaçables récupérés en fond de salle et se mettent à la tâche.

Résultat : 5 tableaux de prise de notes et surtout 24 participants avec le même niveau d’information.

Cette petite expérience, certes anecdotique, a été l’occasion d’un bel enseignement sur la compréhension du rôle du facilitateur.

Au moment où Greg a passé la parole à Patrick, on entrait dans la phase de « stimulation » de la Pédagogie Inversée. Autrement dit, un moment particulièrement magistral : un orateur qui présente un témoignage à un auditoire en posture d’écoute. Cette configuration, qui était prévue pour ½ heure, ne nécessitait donc pas d’intervention particulière d’un facilitateur ou autre animateur.

Le fait est que Greg est resté. Pourquoi ? Peut-être n’était il pas rassuré par le dispositif technique qu’il avait mis en place et qu’il le sentait instable (mauvaise connexion internet). Finalement, ce n’est pas la connexion qui posa problème mais la qualité du son. Face à l’inconfort manifeste de certaines personnes de l’auditoire, Greg mit en place son système de prise de notes. Le fait d’inviter à prendre le relais après avoir lancé le mouvement, a créé la dynamique du groupe qui finalement s’est organisé et autonomisé. Belle mise en abîme de nos apprentissages.

Ce qui devait être une séquence top down, s’est finalement transformé en un temps co-facilité. Et si la dynamique s’est bien mise en place, avec les bons réflexes, la bonne attitude, la bonne technique, les bons relais, et au final une bonne qualité d’écoute, tout cela n’aurait pu se réaliser sans une attention particulière et initiale du facilitateur.

Dans « From the Front of the Room » (petit traité sur la facilitation offert à tous les participants du D.U), Dan Newman explique que, s’il est primordial qu’un facilitateur ait comme principale qualité une « vraie » écoute de ses sponsors, son attention ne doit pas se limiter à ce seul périmètre.

Les leviers de facilitation utilisés lors d’une session sont nombreux et sont finalement autant de capteurs à la disposition du facilitateur pour prendre le pouls d’une session. Le facilitateur se doit d’être attentif, « aware ». J’ai déjà entendu certains facilitateurs parler d’être en « hyper-conscience » avec sa session.

Parmi ces nombreux leviers, 5 d’entre eux que Dan Newman qualifie de « logistiques » sont trop souvent sous-employés voire sous-estimés et pourtant essentiels:

pieuvre

Prendre en considération chacun de ces aspects permet d’optimiser l’expérience et la présence des participants lors d’ateliers de travail en mode collaboratif et donc la qualité de leur contribution.

Dans le cas présenté ce sont bien le son et le matériel qui ont fait défaut. De la compréhension du speech de Patrick, dépendait la qualité de la séquence entière de l’après-midi.

Est ce que cela aurait pu être anticipé ? Peut être… Mais finalement peu importe, puisque cet incident a permis d’expérimenter un autre enseignement qui est celui d’ « accueillir l’imprévu ». Et cela a pu se réaliser grâce à la mise en place d’autres leviers de facilitation tels que la documentation en live.

Et pour ceux qui se sentent frustrés de ne pas avoir un retour sur le contenu de l’intervention de Patrick Frick, vous trouverez ci-après les désormais fameuses prises de notes :

A B C D E

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Gaële, Solange, Quentin, Léo et Greg !

Merci à Patrick Frick pour son intervention !

Restitution proposée par Martin Boudier, participant du Diplôme Universitaire Codesign.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Codesign-it! est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *