Valider son D.U. Codesign : le chemin, les balises…

En cet après-midi du premier jour de la session de janvier 2017, Greg Serikoff, responsable de l’équipe pédagogique du D.U. Codesign, a emmené notre groupe d’une douzaine de participants hors du cycle habituel de pédagogie inversée.

Son dessein était de faire le point sur les récentes évolutions dans le D.U. discutées avec l’équipe pédagogique. Il a effectué une mise à jour des rôles que nous sommes amenés à prendre et de la liste de tâches à accomplir pour obtenir le diplôme. Il s’agit d’une formation récente, expérimentale, pilotée par une équipe qui ajuste chaque mois le programme et la méthode en fonction des observations menées lors des précédents sessions et des feedbacks reçus. Le cadre pédagogique est donc amené à évoluer.

Cet après-midi a constitué un espace de réflexivité sur le D.U. Codesign. Il fut émaillé d’un questionnement portant sur la place de l’évaluation au sein d’un format de pédagogie inversée tel que celui du D.U., sur la pertinence et l’usage des outils utilisés (en particulier la grille PI) et sur l’importance de la posture du codesigner, qui ne s’apprend pas dans les livres.

 

eval

Une après-midi à l’AZAP de la Française des Jeux, partenaire du D.U Codesign, à Boulogne-Billancourt

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR POUR VALIDER VOTRE D.U. !

Voici les balises à emprunter dans son parcours du D.U :

  • Participer à 5 à 7 sessions en maximum 1 an
  • Mettre en place et déployer une expérimentation de codesign sur un sujet concret
  • Mettre à jour sa grille PI en chaque fin de session
  • Co-faciliter une demi-journée de session
  • Pitcher pour accueillir un intervenant
  • Rédiger une publication portant sur une demi-journée de session
  • Embarquer un nouveau participant
  • Contribuer à la vie du collectif du D.U et de son écosystème
  • Se mettre en posture d’apprentissage

 

Inscription aux sessions

Des sessions de 3 jours sont proposées toutes les 5 semaines, il revient au participant de s’inscrire au fur et à mesure de la formation. En cas de changement, considéré comme un joker, il est important de prévenir au minimum 8 semaines à l’avance.

 

Expérimentation

La définition de l’expérimentation suscite beaucoup d’échanges au sein de l’équipe pédagogique. Elle se définit comme la conduite d’un test concret d’une innovation collaborative sur un terrain qui n’est pas celui du D.U.

L’évaluation ne porte pas sur les résultats, dépendants de paramètres exogènes, mais sur le chemin parcouru : les pivots, les partis pris de design, les renoncements, les personnes rencontrées et mobilisées.

 

Relation avec un mentor

Un mentor est attribué à chaque participant dès le début de la formation. Le binôme n’est pas constitué en fonction du sujet de l’expérimentation, mais plutôt en fonction de la disponibilité du mentor et d’une intuition d’un bon “fit” avec le participant. La qualité des relations avec le mentor est prise en compte pour l’évaluation.

 

Restitution de l’expérimentation

La restitution doit se concentrer sur le cheminement de l’expérimentation. Une présentation comprenant une forme de chronologie est donc à prévoir.

Elle prend la forme d’un pitch de 5 à 7 minutes. Elle est suivie d’un kiosque (format de présentation en petit groupe qui favorise les discussions), afin de partager de façon plus exhaustive la progression et des résultats de l’expérimentation, répondre aux questions, à l’aide de tous les supports utiles.

 

Grille PI (pour Pédagogie Inversée)

Les notions à définir sont réparties en trois catégories :

  • Les formats ou dispositifs : hackathons, lab, atelier, World Café…
  • Les modules ou modèles : brainstorm, prototypage, persona, …
  • Les « d-principles » (principes de design) : itératif, récursif, responsable…

La mise à jour de sa grille PI doit se faire à chaque fin de session. C’est un des outils d’évaluation clefs du D.U. Codesign. Son remplissage peut sembler fastidieux et manquer de récursivité dans les sessions. C’est en fait un outil important pour l’équipe pédagogique pour préparer la session suivante. Il permet, en fonction des participants, de faire ressortir à travers un nuage de mots les items les moins maîtrisés, et de les communiquer aux prochains intervenants invités.

Suite à un échange de groupe, il est proposé que le co-facilitateur note les items de la grille PI abordés lors d’une intervention.

Nous nous sommes aussi demandé comment s’assurer que la définition que nous donnons à un item est la bonne, surtout si c’est une notion qui n’a jamais été abordée en session. Il y a en fait plusieurs façons de « le jouer », (et oui s’auto-évaluer est un jeu) en demandant aux intervenants, aux autres participants, à l’équipe pédagogique, en se documentant, en utilisant le groupe Whatsapp du D.U….etc.

 

Co-facilitation

Le rôle du co-facilitateur est de :

  • garder la maîtrise du temps, en souplesse. Le temps indiqué sur la boucle PI est indicatif.
  • choisir quelqu’un pour pitcher pour la prochaine demi-journée
  • noter les items de la grille PI
  • créer et entretenir les conditions du collaboratif (cela concerne autant les aspects émotionnels que pratiques, comme veiller à ce que les feuilles d’émargement soient signées par les participants )
  • avoir une conversation téléphonique en amont avec le facilitateur de la session, arriver ¼ d’heure en avance. Il n’y a pas de préparation spécifique nécessaire.

 

Pitch d’accueil

Le pitcheur accueille l’intervenant au début de chaque session pour l’aider à embarquer. Pour bien pitcher, une astuce est de se mettre à la place de l’intervenant, qui n’a parfois aucune idée de qui est en face de lui et comment la session va se dérouler. Il est important de lui transmettre les informations qui vont l’aider à comprendre l’esprit du D.U. et la typologie du groupe. Il peut utiliser un support pour donner de la substance.

 

Publication

Les publications sont publiées sur le site de Codesign-it. L’équipe pédagogique est très attentive à leur qualité et aux commentaires qui pourront être apportés. Les participants sont engagés à lire les autres publications pour s’en inspirer et les commenter. Il ne s’agit pas tant de retracer la chronologie mais de mentionner ce que nous avons retenu de la session. Le point de vue est personnel et synthétique. Il est rappelé que les notions liées au codesign doivent être surlignées en rouge et que la mention de la licence Creative Commons est à indiquer en bas d’article. Les liens LinkedIn des personnes citées sont les bienvenus.

 

Embarquement d’un nouveau participant

Cet embarquement est assuré par un autre participant du D.U. C’est une démarche qui s’avère utile pour les nouveaux arrivants, qui peut se réaliser par une entrevue dans les jours qui précèdent. La mise en contact est faite par Julie Crédou, coordinatrice du D.U Codesign.

 

Contribution à la vie du collectif du D.U. et de son écosystème

Tout est possible ! De l’organisation de HackZeDu à la cuisine de gâteaux, en passant par des apéros, toute contribution est appréciée.

 

Posture d’apprentissage

Nous avons tous des marges de progression, à nous d’en prendre conscience et d’y travailler. Ce critère d’évaluation est perceptif. La posture du codesigner ne s’apprend pas dans les livres. La posture d’un « agent collaboratif » repose fondamentalement sur la sincérité, l’authenticité, la bienveillance, l’empathie, l’humilité.

 

 

oulala

Les cartes de la grille PI sur le tableau “Oulala !”

ZOOM SUR LE CONTENU DE LA GRILLE PI

 

Greg Serikoff propose un exercice pour renforcer l’appropriation de la grille PI : un « storm » en peer-to-peer visant à éclaircir les notions de la grille PI, retrouvant l’esprit de la pédagogie inversée. En binôme, nous écrivons au recto d’une carte la définition d’un mot qui est inscrit au verso. Si une notion nécessite un éclaircissement en séance, la carte est collée sur un des tableaux blancs dans la rubrique intitulée « Oulala ! ».

 

Oulala !

Le terme « codesign » s’est retrouvé dans la rubrique Oulala ! « Le mot codesign est flou, il appartient à tout le monde, et c’est pour cela que nous l’avons choisi » a rappelé Greg Serikoff, avant d’en proposer une définition : “terme générique pour toutes les approches d’innovation collaborative”.

N.B. : toutes les définitions ont été consignées par Sandrine Barret dans la Dropbox du D.U. Mille mercis à elle !

 

 

 

fatigue

La fatigue de la première journée à jouer le jeu du collaboratif se fait ressentir chez les participants…

Le back-office du DU Codesign

L’après-midi à l’AZAP a alterné des temps de collaboratif et des temps de leadership fort. Nous sommes sortis de la pédagogie inversée pour mieux en comprendre le back-office pédagogique : ses méthodes d’évaluation et ses exigences.

Une question subsiste – elle continuera de me guider à travers les prochaines sessions : qu’est-ce qui fait un bon codesigner, et au-delà des apprentissages de notions et de techniques, comment trouver mon style propre de facilitatrice d’innovation collaborative ?

 

Restitution proposée par Camille Pène, avec la relecture de Sarah Fortin, participantes du Diplôme Universitaire Codesign

Licence Creative Commons

Cette œuvre de Codesign-it! est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

4 thoughts on “Valider son D.U. Codesign : le chemin, les balises…

  • Ouah ! Ça c’est de la restitution ! Précision, clarté, énergie, tout y est. Une restit qui alimente bien la documentation du DU.
    Et ça va me faire un support génial pour embarquer mon petit nouveau. Top !
    Merci les filles.

  • Bravo, un grand merci Camille et Sarah, votre restitution me donne une idée claire de ce qui s’est passé lors de la précédente session à laquelle je n’ai pas pu assister et éclaire le chemin que le DU, quelle aventure, nous invite à parcourir !

  • Et soudain tout s’éclaire! Merci d’avoir préciser les différentes « balises » du DU qu’on peut lire et re-lire entre deux sessions!
    En complément, je partage avec vous les échanges eus récemment avec Augustin, mon mentor, qui résume ainsi les éléments/consignes à respecter et à donner à voir/entendre lors de la restitution de l’XP.
    – le sujet de l’XP est important mais pas central (comme l’indique l’article ci-dessus), il crée « l’histoire », le récit sur lequel on s’appuie pour mettre en valeur les valeurs suivantes :
    – Signaler/évoquer/aborder les différent(e)s leviers/méthodes appris(es) lors du DU utilisées au cours de l’XP,
    – Partager les apprentissages personnels, faire une analyse « critique » sur les réussites, les difficultés rencontrées et les bénéfices immédiats et/ou possibles.
    Photo du scribe disponible sur demande car impossible de la joindre à ce commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *