Dessinez-moi l’école de demain

Pas de calage en amont entre Rémi Sabouraud, notre facilitateur, et François Taddei, notre « stimulateur », faute de temps. Cela a généré une situation assez inédite puisque le design de l’après-midi a été proposé spontanément par Quentin (participant du DU) et accepté par Rémi, peut-être un peu surpris voir amusé de se faire hacker le rôle de facilitateur, tiens c’est donc une éventualité quand le design n’est pas calé… à retenir.

Nous accueillons François Taddei chez lui… au CRI, Centre de Recherches Interdisciplinaires, créé en 2005, « agrégeant des dizaines d’actions innovantes en matière d’éducation ». François en est le cofondateur et directeur. « Ingénieur devenu généticien, il dirige une équipe Inserm à l’université Paris Descartes qui travaille sur l’ingénierie des systèmes et les dynamiques évolutives »… Tout un programme !

Il milite pour des approches interdisciplinaires (source Wikipedia) et plaide pour une révolution copernicienne qui transformerait un système éducatif engoncé dans le contrôle en « écosystème innovant ».

Centre de Recherches Interdisciplinaires ?

Le CRI a joué un rôle essentiel dans la création du DU Codesign, comme partenaire et incubateur.

Ce projet un peu fou à l’initiative de Codesign-it! et plus particulièrement de Greg Serikoff, a trouvé le soutien dont il avait besoin chez François Taddei : une co-création qui a débouché sur un diplôme universitaire dont le programme est organique, la pédagogie inversée, et le sujet inconnu pour la grande majorité de gens (à en croire les regards circonspects quand je prononce ce mot…), et que même les membres de Codesign-it! se risquent rarement à définir !

Le sujet du jour : Un service de R&D pour faire évoluer l’Éducation Nationale et la « formation tout au long de la vie » (FTLV), à quoi ça peut ressembler ? En effet, la ministre Najat Vallaud Belkacem a commandé à François Taddei un pré-rapport pour janvier… Nous sommes invités en toute simplicité à réfléchir à L’École de demain dans laquelle le collaboratif et l’innovation auraient toute leur place. (Depuis cette session, le rapport est sorti.)

Parmi les participants du DU, nous sommes plusieurs à être parents, plusieurs à être un peu désabusés ou agacés par le fonctionnement du système éducatif existant, donc évidemment pas du tout neutres face à ce sujet…

Nous sommes en novembre, le rapport sera rendu en mars, et les élections présidentielles sont en mai… à quoi cela va t-il servir ? Encore un rapport enterré à cause de l’agenda politique…les dés sont jetés, non ?

C’est peut être la première fois que nous pouvons ressentir l’état d’esprit de salariés, invités par leur entreprise à une session dite collaborative, une session traitant d’un sujet qui les concerne, qui les touche même, sur lequel ils ont déjà un avis potentiellement tranché, et pensent que la marge de manœuvre est faible…

Cette expérience m’a montré l’importance du contexte dans lequel se déroule une session, l’importance de poser toutes les questions en amont en tant que codesigner pour comprendre où l’on met les pieds,….

Prendre le pouls, et identifier le risque d’inertie d’une partie des participants parfois gavés d’initiatives sans lendemain où la phase « pendant » est plaisante mais « l’après » n’est pas au niveau des promesses.

Cette expérience m’a fait prendre la mesure de l’importance du casting du sponsor meeting (réunion de cadrage) en amont d’une session, et souligne l’intérêt d’y embarquer un « échantillon représentatif » de la population concernée par le sujet, histoire de prendre connaissance des points de vue en présence…

Car oui la plupart du temps, nous avons été habitués au fil des sessions à réfléchir à des sujets concrets générant des discussions avec un intervenant ayant toute latitude pour mettre en œuvre les idées et solutions qui ont émergé en session. Ici, la situation est bien plus complexe.

Voici nos 4 pistes de problématisation et les tentatives de réponses :

1/Comment rendre plus simple, intelligible le concept de l’apprentissage ?

En passant du cerveau, seul détenteur du savoir à un apprentissage plus holistique avec nos 3 cerveaux : cerveau/cœur/ventre

2/ Quelle plateforme/méthodologie collaborative en recherche ?

  • Une plateforme qui mixe plusieurs acteurs : enseignants, chercheurs, parents, mentors, apprenants.
  • Une plateforme qui rayonne à la fois aux niveaux national, régional, et local : qui crée pour chacun un espace personnel, un suivi complet de sa formation et sa carrière, qui apporte des connaissances.
  • Une plateforme s’appuyant sur une étape en présentiel : le CLUB : la clef du Savoir : un chapiteau itinérant pour discuter de ce R&D.

3/ Comment les parties prenantes s’emparent du sujet ? Deviennent acteurs ?

  • Prévoir des jeux de rôles, du théâtre de forum
  • Du photo-langage
  • Avoir une approche kinesthésie, corps, 3D
  • Rédiger un recueil de bonnes pratiques
  • Intégrer des temps d’observation, questionner la façon d’apprendre.

4/ Comment générer une critique constructive sur le sujet ?

  • En préambule, il s’agit de regarder l’école comme une formation professionnelle : les enfants sont des adultes et les adultes sont des enfants.
  • Solliciter une pluralité de points de vue : les parents, les profs, le Ministère, les neuro-scientifiques, les pédagogues ..
  • La méthode serait inspirée de la critique scientifique : Observation / effet / proposition/ expérimentation.
  • Une des étapes serait un partage d’expériences d’apprentissage et transmissions marquantes de la part des parents et des enfants : « je me souviendrai toujours du jour où… »

Et en vrac :

  • Privilégier la critique avec humour : sketch sur les 5C de l’Éducation nationale aujourd’hui (C’est Con mais C’est Comme Ça)
  • Les Learning Expeditions des enfants dans d’autres écoles, dans des formations d’adultes, avec rapport d’étonnement.
  • Créer des passerelles entre les professeurs des écoles, les formateurs en entreprise et le citoyen, pour apprendre à apprendre.

Un grand merci à François Taddei du CRI pour son intervention. Merci également à Rémi Sabouraud pour sa graine de folie qui ouvre le champ des possibles de manière exponentielle !

Restitution proposée par Carine Garet Ramé, participante du Diplôme Universitaire Codesign.

Cette œuvre de Codesign-it! est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Licence Creative Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *