Rencontre avec Robert Dilts

« Comment leur présenter Robert Dilts ? » se demande Béatrice Collet au moment de présenter en quelques mots cet homme d’une soixantaine d’années qui se tient debout dans la salle, en cet après-midi d’octobre. Une trentaine de personnes sont là, autour de lui, une quarantaine peut-être. Les membres du collectif Codesign-it, des clients et des partenaires, des amis… Parmi eux, certains le connaissent de longue date, d’autres le découvrent à peine et, d’ailleurs, ils auront tôt fait d’en savoir plus. Alors comment le dévoiler sans trop en dire ? « Peut-être par son regard », pense Béatrice, qui prend la parole et commence à raconter les yeux bleus de Robert Dilts, son regard espiègle et curieux, la générosité de son personnage.

Il se trouve parmi nous grâce à Antonio Meza, son illustrateur. Car Robert B. Dilts est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et d’autant d’articles portant sur l’entreprenariat, l’intelligence collaborative et la PNL (programmation neuro-linguistique), domaine qu’il a contribué à développer dès les années 70.

Alors que sa collaboration avec Antonio Meza se faisait fructueuse, Antonio devenait parallèlement de plus en plus impliqué dans le collectif Codesign-it. La curiosité émergente de Robert Dilts vis à vis des pratiques du collectif, et la volonté de ses membres de prendre du recul sur leurs modes de fonctionnement d’intelligence collective, ont fait grandir l’idée d’une rencontre entre le célèbre américain et le collectif Codesign-it.

Ce temps intime et privilégié, sorte de conférence unplugged dans les locaux du 10co mêlant partage et expérimentation, a ouvert une série d’échanges, à commencer par un storytelling improvisé de l’histoire de Codesign-it, de ses activités et de ses membres, en guise d’ouverture.

Les premières impressions d’Hubert Bannel laissent imaginer un personnage dont l’enthousiasme rayonnant trahit les origines américaines et qui, en expliquant ses travaux sur les organisations innovantes, a montré une grande capacité de vulgarisation de ses sujets.

Robert Dilts et Antonio Meza ont ensuite raconté les secrets de leur collaboration, leur complicité et leur façon de travailler ensemble, ainsi que les concepts d’enseignement sur lesquels réfléchit actuellement l’auteur américain.

Celui-ci s’est aperçu que, pour modéliser un outil permettant de capter une intention de la façon la plus fine, au moins trois champs différents devaient être associés : le cognitif, l’image, et le somatique, le champs du corps. C’est pourquoi l’exercice qu’il a proposé aux membres du collectif consistait à répondre à la question « Que veux-tu de plus dans la vie ? » successivement sous forme d’image, de geste, d’une poignée de mots.

Pour Julie Credou, le futur idéal a par exemple pris la forme d’une pyramide de pom-pom girls, une métaphore à trois facettes, comme trois envies à remettre au cœur de son métier : le fun du spectacle, la synchronisation de la chorégraphie et de l’écoute des autres, et le but, celui d’encourager l’équipe qui joue sur le terrain.

Une rencontre qui, sous le regard bienveillant et attentif de Robert Dilts, a donné de quoi réfléchir sur les fonctionnements individuels et collectifs, en modélisant certaines pratiques, ou en ouvrant de nouvelles perspectives.

Publication proposée par Nina Valin.

Cette œuvre de Codesign-it! est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Licence Creative Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *