Le rythme des projets collectifs…

Vos équipes se mobilisent jour après jour, et vous mesurez à quel point le temps long des projets exige des ruptures de rythme pour prendre du recul, traiter des sujets de fond, mais aussi pour interagir autrement, de manière transversale, et produire en mode accéléré des contenus indispensables.

Du 18 au 20 mai 2015, le collectif Codesign-it! s’est rassemblé à Paris pour un Sprint, après 9 mois d’existence. L’objectif : provoquer des phases courtes d’accélération, pour rythmer le marathon quotidien du développement de la communauté dans la durée. Une alternance de phases rapides et lentes, comme une pulsation…

C’est une mise en déséquilibre avant, une course de vitesse et d’agilité, destinée à travailler différemment, à produire ensemble des contenus, des outils, des modalités de fonctionnement. Trois jours de mise à jour ! Trois jours pour renforcer notre capacité, notre appartenance, notre identité, notre rayonnement…

Les sujets sont nombreux. En vrac : projets, innovations dans nos métiers, compétences et expertises dans notre écosystème, partenariats, positionnement, priorités stratégiques, marketing, business model, etc. Bref, tout ce que nous sommes, tout ce que nous faisons, tous ceux avec lesquels nous jouons…

Un Sprint, ça ne s’improvise pas. Brice de Margerie avec tout son Talent Social, Didier Grilo et Nicolas Wauquiez ont préparé et facilité cette session, pour créer les meilleures conditions collaboratives, stimuler et réguler les échanges, garder le tempo, assurer que les participants restent bien tendus vers la production des outputs attendus !

sprintDidier Grilo nous le rappelle : comme pour toute production collective intensive, un Sprint est extrêmement exigeant pour ses participants, motivés d’abord par l’envie. Ce type d’exercice requiert un engagement maximum, une focalisation sur le résultat et l’impact. De la passion pour le sujet. Beaucoup de pragmatisme et de générosité…

Pour donner les meilleurs résultats, les Sprints sont par essence courts et fréquents. L’activité d’une équipe ne peut pas être une course permanente, c’est un investissement fort, une chance que l’on se donne.

En fonction de la typologie de la communauté et des caractéristiques du projet collectif, les ruptures de rythme peuvent s’organiser de façon très variable. Il existe de multiples formats avec leurs fréquences spécifiques. Lesquels avez-vous expérimentés ? Qu’avez-vous finalement choisi ?

Licence Creative Commons
Cette publication de Codesign-it! est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

One thought on “Le rythme des projets collectifs…

  • Sur certains projets, j utilise aussi des ruptures de rythme « inversées » : de vrai temps de partage, de réflexivité, de plaisirs partagés autour des résultats et réalisations. Pour ces sessions, pas de livrable « classique » tangible, mais une respiration collective qui donne à chacun un surcroît d énergie pour être ensuite plus efficace, plus bienveillant avec les autres et soit même, plus libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *