Le sponsor : chasseur de galinette cendrée ?

160531PM_François_illustration

À l’instar des chasseurs de gallinettes cendrées, il y a de bons et de mauvais sponsors. Et il est parfois aussi difficile de les distinguer les uns des autres. Or bien connaître son sponsor, bien cerner ses objectifs (affichés ou cachés) est indispensable pour réussir sa session.

Comme le disait Lao Tseu : « une bonne préparation ne vous assure pas une session réussie, mais une mauvaise vous conduira inévitablement à l’échec ».

C’est aussi vrai avec les éventuels partenaires, comme nous l’a expliqué Augustin, membre de Codesign-it!, à travers plusieurs expériences vécues.  Un projet peut ne pas atteindre ses objectifs lorsqu’un sponsor, qui semblait pourtant très moteur au départ, change de positionnement en cours de route, parce qu’il avait d’autres objectifs non exprimés qui ont pris le pas sur le reste.

 

A noter qu’il faut aussi différencier 2 types de sponsors :

  • les sponsors stratégiques, qui sont ceux qui commanditent le projet, en général des dirigeants
  • les sponsors opérationnels, qui vont participer aux sponsors meetings, et la plupart du temps aux ateliers

Le danger peut par exemple venir d’un sponsor stratégique qui ne suit pas le projet, et peut plus ou moins l’abandonner en cours de route, ou du moins diminuer son sponsorship.

 

Afin d’éviter le plus possible de courir à la catastrophe, nous avons ensemble établi plusieurs points de vigilance, et réparti ceux-ci dans le temps :

Avant la session (notamment dans les sponsors meetings)

  • être clair dans la stratégie entre les différents partenaires, afin que chacun n’emmène pas le projet dans une direction différente
  • bien formuler la casquette que chacun porte, pour éviter de se marcher dessus, ou au contraire de passer à coté de choses essentielles
  • dans la même idée, distribuer les rôles de chacun le jour de la session, pour éviter tout oubli

Pendant la session

  • formuler de manière claire aux sponsors la casquette que chacun porte, pour que ceux-ci sachent à qui s’adresser en fonction de leurs problématiques
  • ne pas hésiter à le dire lorsqu’on ne comprend pas une idée exprimée : le codesigner n’est pas un consultant
  • bien garder son rôle, même si parfois on peut être tenté d’en sortir dans le feu de l’action, notamment pour se substituer aux sponsors
  • préciser à chacun ce qu’on attend des sponsors, et s’assurer qu’ils ont compris et qu’ils remplissent leur rôle

Après la session

  • donner du feedback, au partenaire comme au sponsor, pour qu’il soit conscient de ce qui s’est bien ou mal passé

En continu

  • se donner et répéter les règles du jeu
  • ne pas confondre rôle et identité. La hiérarchie notamment ne doit pas être un obstacle au bon fonctionnement du projet, une fois que les règles ont été définies.

 

Merci à Augustin Luneau pour son intervention !

Restitution proposée par François Rochet, participant du Diplôme Universitaire Codesign.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Codesign-it! est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *