Prêts pour un apprentissage récursif ?

Que signifie apprendre aujourd’hui ? Comment se mettre en posture d’apprentissage ? Comment mieux appréhender le parcours de l’apprenant ?

Lors de l’embarquement de la session d’avril, première matinée des trois jours consacrée à une réflexion sur le D.U Codesign, les participants ont tenté de mieux comprendre les enjeux de la formation en expérimentant le prototypage du parcours de l’apprenant. Faire un pas de côté et mettre en perspective récursivité et pédagogie inversée, tels étaient les enseignements « mis en jeu ». Retour sur un embarquement récursif.

Rituel de la première matinée de session, l’accueil des nouveaux arrivants. Cette fois, ils sont 4. Normalement, chacun a été informé de ce qui se passe dans le DU par un autre « DU’z’ien » ou « Du’Zienne ». A chaque session, les nouveaux arrivants se présentent rapidement et reçoivent un cahier par « l’embarqueur », un cahier qui servira peut-être de journal de bord. Cette fois, Édouard Cazamajour qui co-facilite cette session avec Catherine Foliot propose une nouvelle consigne de présentation.  « L’embarqueur » doit partager un mot à « l’embarqué », un mot qui l’accompagnera pendant le DU. « Lâcher-prise, exploration, changement, plaisir »… Que des mots inspirants pour un voyage collaboratif !

Parce que les groupes ne sont jamais les mêmes, – c’est la particularité de chaque session -, il n’est pas toujours facile de mettre un nom sur un visage. Afin de mieux se connaître, Édouard propose d’utiliser le diagramme de Venn. L’idée est d’échanger par trois sur nos points communs et de les écrire dans les intersections formées par les trois cercles. Les nouveaux arrivants se mettent chacun dans un groupe différent afin d’être intégrés tout de suite. On échange, puis on écrit nos points communs sur des post-it.

Après quelques minutes d’échanges, une nouvelle consigne d’Édouard :

  • Qu’est-ce qu’on partage au DU ?
  • Qu’est-ce qu’on ne partage pas ?
  • Qu’est-ce qu’on vient chercher ?

Une parole inspirante est écrite au tableau : « L’énergie de chacun est le cœur de la réussite du collectif. » Les discussions reprennent bon train. Dans mon trio formé avec Jean-Etienne et Anouk, nous échangeons beaucoup. Et ce que j’en retiens, c’est que malgré les motivations propres à chacun, l’année du DU est placée sous le signe du changement professionnel et personnel.

Le DU change aussi de coordinatrice. Nous assistons au passage de relais entre Mai-Liên et Julie pour qui une page se tourne. J’ai beaucoup appris sur les postures d’apprentissage et sur l’ingénierie pédagogique, partage Julie même si des questions l’animent encore : Comment fait-on pour comprendre ce qu’on attend de nous ? Comment fait-on pour comprendre l’enjeu des grilles PI (grille de pédagogie inversée) ?

Quant à Mai-liên, elle est passionnée par les questions d’innovation éducative et s’interroge la manière de créer les conditions pour que chacun puisse trouver sa voie…

D’ailleurs, elle nous partage sa vision du DU avec un prototype qu’elle a réalisé présentant l’écosystème de l’apprenant : « Il y a des vers de terre, l’eau qui fluidifie, le vent, qui décale, qui fait déplacer les éléments initialement posés, la terre qui structure, qui nourrit, les abeilles et les papillons qui permettent de se connecter, le soleil qui réchauffe et rassure, les petites pousses qui sont tous ces éléments que l’on apprend collectivement. Et il y a ces éléments qui composent et font le DU : les mentors, les intervenants, la grille PI, les lieux du DU, les collectifs de participants, les publications. C’est un système fragile et en mouvement.

Et aux participants de souligner : « Mais il n’y a pas de coordinatrice dans la maquette ! »

Soudain Mai-liên réalise qu’elle s’est oubliée sur le plateau de jeu. La coordinatrice, c’est le garde-forestier, s’exclame Catherine Foliot.

Dans cette métaphore de la forêt, poursuit Catherine, on a envie de réinterroger le parcours de l’apprenant. C’est une façon de mieux comprendre la vie secrète des arbres. Nous sommes tous interdépendants, complète Mai-liên.

Catherine propose de réfléchir sur ces trois questions :

  • Qu’est-ce qu’apprendre aujourd’hui ?
  • Quels sont nos maîtres, nos guides, nos référents ?
  • Quels sont les liens avec la posture de l’apprenant aujourd’hui ?

Après un temps de réflexion personnel, nous échangeons en sous-groupes. Dans le mien, ça fuse. Dès qu’on parle d’apprentissage, chacun se sent concerné. Apprendre aujourd’hui soulève de nombreuses problématiques. Pédagogique : le système éducatif doit permettre à chacun de trouver sa place ou encore l’expérimentation en classe de nouveaux modes d’apprentissage – jusqu’où pousser la pédagogie ? Scientifique : des études sur les neurosciences ont montré l’impact sur le cerveau de l’apprentissage descendant. Futuriste : l’utilisation de l’intelligence artificielle pour le recrutement, en passant par l’obsolescence des compétences.

Pour moi, apprendre aujourd’hui, c’est savoir repartir de zéro, c’est savoir changer de point de vue, c’est être capable de faire quelque chose dont je ne me croyais pas capable. Me reviennent les paroles du philosophe Alain Badiou que je partage au sous-groupe : « Le bonheur, c’est lorsque l’on découvre que l’on est capable de quelque chose dont on ne se savait pas capable. »

Après discussion, nous tombons d’accord sur le fait qu’apprendre, c’est finalement un moyen d’être heureux, un moyen d’approcher du bonheur.

Ensuite, Catherine nous délivre la consigne de prototyper le chemin des actions de l’apprenant dans son écosystème en tenant compte de cinq éléments :

  • Actions/tâches
  • Responsabilité
  • Engagement
  • Postures
  • Interactions

Le magasin est ouvert. Il regorge de fournitures en tous genres : pâtes à modeler de toutes les couleurs, grande feuille cartonnée, ficelles, agrafeuses, feutres. Chacun vient se servir, parfois hésite à prendre, ou bien amasse un maximum d’objets. La magie opère. Très vite, les participants retrouvent leur spontanéité d’enfant. De quoi réveiller son esprit créatif !

Dans mon sous-groupe, il y a comme un émerveillement partagé de jouer avec la pâte à modeler, d’y retrouver une odeur chimique qui donne envie de la manger. Très vite, une image s’impose à nous, celle d’un buffet de la connaissance. C’est de cette manière que nous envisageons le parcours de l’apprenant aujourd’hui. A table !

Lors de la restitution, nous précisons ce qu’est pour nous la métaphore du buffet : un empilage de connaissances, à picorer, à partager, à siroter. A la base du prototype, un socle bleu qui représente la responsabilité d’être heureux, de partager et de vouloir apprendre en permanence. Comme les « postures », représentées par les quatre pieds de la table, l’agilité, l’humilité, l’autonomie et la curiosité. Sur le plateau, les délices de l’esprit en n’oubliant pas la touche digitale !

Lors du feed-back, en mode chapeaux de Bono, c’est le rouge qui nous est donné par Jihène : « Ce prototype est généreux, c’est une belle invitation ». Et Martin d’ajouter : « En utilisant la table, vous avez pris en compte l’ensemble de l’écosystème »

Les prototypes réalisés par les autres sous-groupes sont des invitations au voyage.

Là, devant nous, se dresse l’aventure apprenante au cœur du DU. Le parcours de l’apprenant se construit d’allers-retours entre la vie professionnelle, le DU, la vie personnelle.

Ici, c’est un parcours d’élévation. L’objectif, c’est d’arriver tout là-haut, en prenant un chemin qui me permet de grandir « horizontalement » et « verticalement ».

Enfin, nous nous élevons dans l’espace. L’apprenant est au centre de ce monde cosmique où tout s’écrit et se reconstruit. A chaque étape, des actions et des postures. Le déséquilibre est intentionnel. Les apports de connaissance permettent de se rééquilibrer. C’est cela, être vivant.

« Cela m’évoque l’image du funambule », intervient Catherine, c’est le déséquilibre permanent qui permet d’avancer. Et pour conclure : « La maquette n’est qu’une partie de l’apprentissage. L’aventure du prototypage n’a de valeur que s’il est « feedbacké ». Ce sont des objets pour matérialiser les hypothèses, les valider ou non. »

Avant la fin de la session, vient le temps de la réflexivité. Deux questions nous sont posées par Catherine :

  • Qu’est-ce qui s’est passé ce matin ?
  • Qu’est-ce que ça produit pour moi et pour le groupe ?

Les constats positifs sont nombreux : « Prototyper en soi déclenche un moment interactif et ludique entre les participants, cela permet de faire baisser la pression, de s’assurer que le ressenti est partagé. Il émerge une dynamique intéressante où chacun peut s’exprimer. Dans le même temps, le sujet était bien choisi pour faire un prototype. » Pour ma part, j’ai découvert que le prototypage permet d’agréger de manière collective des pensées personnelles.

Ça y est ! Nous allons atterrir. Il en va de chacun d’être heureux de cet embarquement. J’entends par-ci, par-là : « C’était bien de démarrer la session comme ça ! Ça remet en perspective le pourquoi nous sommes là et notre posture d’apprenant ! » Et moi dans tout ça, qu’est-ce que j’en pense ? J’adhère à cette idée que le collaboratif génère quelque chose de plus grand. Je me dis que le bonheur partagé, c’est aussi lorsque nous découvrons que nous sommes capables de quelque chose dont nous ne nous savions pas capables… Et c’est le « nous », l’important.

Cet embarquement aura permis de paralléliser les parcours d’apprenants (« nous » en tant que participants et/ou « nous » en tant que facilitateurs). Et si en mathématiques, deux parallèles ne peuvent se rencontrer, lors d’une session de codesign, les droites peuvent parfois converger vers le bonheur d’apprendre collectivement.


Un grand merci à Catherine, Edouard, Julie et Mai-liên d’avoir créé les conditions de cette « découverte ».

Restitution proposée par Odile Lefranc-Monsinjon, participante du Diplôme Universitaire Codesign

Licence Creative Commons Cette œuvre du Diplôme Universitaire Codesign est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

3 thoughts on “Prêts pour un apprentissage récursif ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.